Psylles - Introduction


Le bout de l'antenne se termine en fourche chez plusieurs psylles.


On observe souvent chez les psylles adultes une grosse goutte de miellat captive entre les ailes en toit, au bas de l'abdomen.


Psylla buxi déforme les feuilles du buis (Buxus) en petits paniers. Cliquez sur la photo pour voir les feuilles non déformées.


Un adulte près d'une exuvie entourée d'une épaisse masse de filaments de cire.
Les psylles sont de petits insectes (entre 2 et 5 mm) semblables à des cigales miniatures. Ils sont apparentés aux pucerons, aux aleurodes (mouches blanches) et aux cochenilles et font partie du sous-ordre des Sternorrhynches. Contrairement à ces derniers, les pattes des psylles adultes sont très bien équipées pour le saut.



D'après Hodkinson (2009), il y a  3000 espèces décrites mondialement . Au Québec, plus d'une trentaine d'espèces ont été observées (voir la liste des espèces).

Les psylles sont des insectes piqueurs-suceurs qui s’alimentent généralement de la sève qui circule dans le phloème de la plante ou plus rarement, chez ceux qui produisent des galles, de tissus végétaux (parenchyme). Les nymphes sont très spécifiques à un genre d'hôte ou à quelques espèces d'hôtes apparentés alors que les adultes sont un peu moins spécifiques (Burckhardt dans Raman,  2005).

Le cycle de vie des psylles est relativement simple. Il comprend cinq stades larvaires et des adultes sexués qui sont toujours ailés. La femelle fécondée pond généralement  200 à 500 oeufs mais certaines espèces peuvent en pondre jusqu'à 1000 (Dolling, 1991). Au Québec les psylles produisent une seule génération par année alors que dans les pays tropicaux, il peut y avoir entre huit et 16 générations (Hodkinson, 2009).

Quelques espèces de psylles déforment les végétaux: production de galles, enroulement ou dépression des feuilles, déformation des pousses.

Les nymphes produisent souvent de la cire en longs fils ou en duvet qui couvre leur colonie et les protège des prédateurs. Toutefois, des parasitoïdes réussissent parfois à franchir cette protection (photo à droite).




Phylloplecta tripunctata sur une aiguille de pin. Certaines espèces de psylles passent l'hiver au stade d'adulte sur des conifères.


Nymphe sur du saule (Salix sp.)


Galle de psylle sur du micocoulier (Celtis sp.)


Nymphe et ouverture par laquelle a émergé le parasitoïde qui s'en est nourri.
Le site des psylles a été mis en ligne en novembre 2011.
Haut de page | Introduction | Photos 2011 | Liste des espèces | Références | Site Entomofaune |