Cicadelles - Cycle de vie

1. LA NYMPHE
2. STADES DE DÉVELOPPEMENT
    2.1  Helochara communis
    2.2  Draeculacephala
3. EXUVIES ET PHASE TÉNÉRALE
4. ADULTES BRACHYPTÈRES SEMBLABLES AUX NYMPHES
5. ACCOUPLEMENT
6. PONTE
cicadelle nymphe
1. LA NYMPHE
Avant d’atteindre l’âge adulte, la cicadelle traverse cinq stades nymphaux, le stade V étant le dernier avant la mue en adulte. Les lobes alaires (Fig.1) apparaissent dès le second stade et s’allongent à chacune des mues. La longueur du lobe de l'aile antérieure par rapport à celui de l'aile postérieure permet de déterminer à quel stade correspond la nymphe. Selon l'espèce, il y a une ou plusieurs générations par année.
2. STADES DE DÉVELOPPEMENT
2.1 HELOCHARA COMMUNIS
Une nymphe Helochara communis de stade IV a été capturée et gardée en captivité sur du jonc. Durant sa captivité, elle a mué deux fois. On peut comparer ici l'allongement du lobe de l'aile antérieure entre le stade IV et V. En effet, au stade IV l'extrémité du lobe de l'aile antérieure ne rejoint pas l'extrémité du lobe de l'aile postérieure alors qu'au stade V le lobe de l'aile antérieure couvre celui de l'aile postérieure (voir aussi Fig.1). À droite, la cicadelle vue quelques heures avant la mue en adulte. Le lobe alaire laisse deviner par transparence l'aile jaune qui émergera. À droite ci-dessous, l'adulte (une femelle) photographiée le lendemain de la mue.
Helochara communis
Helochara communis
2.2 DRAECULACEPHALA
La séquence suivante a été réalisée sur une nymphe Draeculacephala gardée en captivité sur Butomus umbellatus. Entre le 21 et le 25 août elle a mué du stade nymphal IV au stade V, le dernier avant la mue finale en adulte. On peut observer la différence de longueur des lobes alaires de l’aile antérieure entre les deux stades. Sa couleur était jaune uniforme après la mue (phase ténérale) puis verte finement lignée de bleu pâle. Des lignes sombres sur le vertex (dessus de la tête) sont apparues.
Draeculacephala Draeculacephala Draeculacephala
21 août - Stade nymphal IV 25 août - Stade nymphal V 31 août - 9h31 - L'émergence est en cours
Draeculacephala Draeculacephala Draeculacephala
9h38 9h40 9h44
Draeculacephala Draeculacephala Draeculacephala
9h50 10h00 - Adulte ténéral 2 septembre - Couleurs définitives
3. EXUVIES ET PHASE TÉNÉRALE
À chaque stade, la cicadelle mue et émerge de son enveloppe, qu’on nomme exuvie (Fig.2a, b et c). On peut les observer facilement car elles restent attachées aux végétaux. À sa sortie de l’exuvie il faut un certain temps avant que la cicadelle prenne ses couleurs définitives. C’est la phase ténérale. Par exemple, peu après la mue au stade adulte, Oncopsis variabilis est blanchâtre (Fig.3a) et prend un certain temps avant de prendre ses couleurs définitives (Fig.3b). La figure 4 montre un adulte Amblysellus curtisii peu après sa mue qui a eu lieu un peu avant 17h. Le lendemain matin la cicadelle a les couleurs typiques de l'espèce. Ce spécimen était gardé en captivité.
Oncopsis exuvie Oncopsis variabilis teneral Amblysellus curtisii
Oncopsis variabilis
4. ADULTES BRACHYPTÈRES SEMBLABLES AUX NYMPHES
Certaines cicadelles adultes sont parfois confondues avec des nymphes car elles ont des ailes très courtes. On dit alors qu’elles sont brachyptères, alors que celles à ailes longues sont macroptères. Les lobes alaires des nymphes se distinguent bien des ailes complètes, quoique courtes des adultes. Comparez les ailes de cette Doratura stylata avec la figure 1.
Doratura stylata
5. ACCOUPLEMENT
Durant la période d'accouplement, le mâle émet des sons pour appeller la femelle (voir communication). L'accouplement de Macropsis fuscula dure entre 40 et 80 minutes (Tonks, 1960). Certaines espèces, notamment Agallia quadripunctata, se reproduisent généralement sans fécondation (parthénogenèse).
Macropsis tunicata Kyboasca atrolabes Sorhoanus orientalis Oncopsis variabilis accouplement
6. PONTE
Les femelles pondent leurs oeufs dans les tissus végétaux, par exemple sous l'épiderme d'une feuille (Fig.5), dans un bourgeon (Fig.6), sous l'écorce d'un arbre (Fig.7), etc. L’étude de George & Davidson (1959), mentionne que la femelle Colladonus clitellarius fait avec son ovipositeur une fente sur la surface d’une feuille et insère ses oeufs entre les deux couches d’épidermes. Elles pondent généralement le long de la feuille quoique des groupes de trois oeufs ou plus ont été observés à l’apex. Un renflement allongé présent sur les deux côtés de la feuille trahit la présence des oeufs. Plus tard, la couleur de la feuille change à l’emplacement de la ponte et rend leur détection plus facile. Les oeufs de cette espèce hibernent dans la litière de feuilles mortes. De façon générale, les observations ont démontré que selon l'espèce, c'est au stade d'adulte, de nymphe ou d'oeuf que la cicadelle hibernera. D'après Delong (1948), les genres suivants ont été récoltés à l'état d'adultes hibernants: Agallia, Macrosteles, Balclutha, Polyamia, Laevicephalus, Paraphlepsius, Deltocephalus, Erythroneura et Empoasca.
Chlorotettix unicolor Oncopsis minor Ribautiana ulmi ponte

Haut de page | Introduction | Photos A à D | Photos E à H |  Photos I à N |  Photos O à Z Fiches de détermination Morphologie Parasitisme Prédateurs Cycle de vie | Comportements |
Sous-familles | Clé des sous-familles | Liste des espèces | Glossaire |  Références |  Site Entomofaune