Aphrophora alni- nymphe

Cercopes - Introduction


Une nymphe cercope sortie de son écume protectrice. Une bulle est restée sur sa tête.


Sur ce mélèze plusieurs nymphes cercopes ont formé une grosse masse d'écume.


Clastoptera doeringae, en train de muer sur son hôte, un genévrier.


La nymphe étire et contracte son abdomen alternativement, comme elle le fait dans l'écume
pour faire des bulles.
On observe seulement 18 espèces de cercopes au Québec et 36 au Canada. Mondialement, il y aurait près de 5000 espèces décrites . Ils sont apparentés aux cicadelles, membracides et cigales. Leur dimension moyenne varie de 3 mm pour les minuscules Clastoptera jusqu'à 11 mm pour les Aphrophora. Leur allure générale, contrairement à celle des fulgores et des membracides, est assez similaire d'une espèce à l'autre.


Clastoptera obtusa


De tous les insectes connus, les cercopes détiennent le record de la meilleure performance au saut. Burrows (2006) a mesuré l'accélération de Philaenus qui a atteint une vitesse de 4,7 mètres par seconde en 0,875 milliseconde.

La fabrication d'écume par les nymphes cercopes est remarquable. Vulnérables et sans défense, elles se protègent des prédateurs en produisant une masse de bulles à l'intérieur de laquelle elles s'enfouissent. C'est le « crachat de crapaud » de nos jardins. Aux premiers stades de croissance, elles peuvent être très actives et n'hésiteront pas à se déplacer si elles sont insatisfaites de leur source de nourriture.

Les adultes sont tout à fait différents. Plutôt stationnaires, ils peuvent rester immobiles pendant des heures, posés sur une feuille ou blottis à la jonction d'une petite branche d'arbre. Généralement de couleur brune avec divers motifs de camouflage, ils se confondent parfaitement avec leur milieu. S'ils sont dérangés, ils s'échapperont au loin d'une détente de leurs puissantes pattes arrière.

Les cercopes se nourrissent de la sève brute de la plante (xylème) et sont généralement attachés à un hôte végétal donné, qui peut être une plante herbacée, un arbuste ou un arbre. On observe toutefois les extrêmes; certaines espèces s'alimentent sur une espèce végétale unique alors que d'autres tirent leur nourriture d'une très vaste gamme de plantes.


Deux cercopes de genres différents. À gauche Aphrophora sp. et à droite Lepyronia sp.


Les cercopes sont généralement bruns. Clastoptera proteus fait exception avec ses rayures jaunes voyantes.


Aphrophora alni, une espèce introduite.


Philaenus spumarius, une autre espèce introduite est omniprésente dans les champs.
Le site des cercopes a été mis en ligne en novembre 2008.
Haut de page | Introduction | Photos | Morphologie Prédateurs Cycle de vie Fabrication de l'écume Hôtes Dimensions Clé des espèces Liste des espèces et fiches | Références | Site Entomofaune |