Aleurodes - Prédateurs

Les prédateurs des aleurodes appartiennent à divers groupes d'insectes, d'acariens ou de champignons. Tous les stades sont consommés: oeufs, immatures et adultes. Les prédateurs peuvent les parasiter, aspirer leurs fluides ou les dévorer entiers. Quelques exemples sont présentés ci-dessous.

La coccinelle
La séquence ci-dessous illustre le comportement remarquable de l'Aleurode des serres (Trialeurodes vaporariorum) en présence d'un prédateur. En janvier, une Coccinelle asiatique qui avait trouvé refuge à l'intérieur d'une habitation est déposée sur une plante colonisée par plusieurs dizaines d'aleurodes. Les six photos ont été prises dans un intervalle de 13 minutes. Le prédateur a dévoré cinq aleurodes qui ne se sont pas envolés, même si leur voisin proche était en train de se faire manger. Fuir plus loin leur aurait pourtant sauvé la vie. Ce comportement passif s'observe également chez les pucerons. La toute première photo numérote les aleurodes dans l'ordre de leur consommation par la coccinelle.
Un Hyménoptère parasitoïde de l'Aleurode du chou
Les guêpes photographiées dans cette section parasitaient une colonie d'Aleurodes du chou sur la Grande chélidoine (Chelidonium majus). Des centaines d'aleurodes à divers stades étaient présents: oeufs, stades mobiles ou immobiles, pupes et adultes. À droite, plusieurs guêpes (→) s'affairent sur cette colonie observée de 2010 à 2015.

Les guêpes appartiennent au genre Encarsia. Evans (2008) mentionne près d'une dizaine d'espèces appartenant à ce genre qui se développent aux dépens de l'Aleurode du chou.
La guêpe pond dans un très jeune stade d'aleurode qu'on devine à l'arrière de celle-ci (→). Ci-dessus, deux pupes vidées de leur contenu. À gauche, l'ouverture ronde est typique d'un parasitoïde arrivé au stade adulte qui a perforé la pupe pour s'échapper. À droite, l'ouverture de la pupe le long de lignes en T, correspond à une éclosion normale de l'adulte aleurode.
Un Neuroptère prédateur de l'Aleurode de Forbes? Enquête...
Sous les feuilles des érables colonisées par l'Aleurode de Forbes (Aleurochiton forbesii), on observe très fréquemment les larves d'un Neuroptère appartenant à la sous-famille des Coniopteryginae. Celles-ci circulent librement mais s'observent très souvent, immobiles, auprès des pupes. Les larves se nourrissent du fluide de leurs proies de sorte qu'il est difficile de constater d'éventuels dommages infligés au contenu des pupes et de confirmer qu'elles s'en nourrissent vraiment. Dans son catalogue, Evans (2008) ne mentionne pas de Neuroptères prédateurs de l'Aleurode de Forbes. Dans le même environnement vivent aussi de nombreux acariens qui pourraient plutôt être les proies du Neuroptère. Muma (1967) a étudié le Neuroptère Semidalis vicina sur des citronniers en Floride et a observé que l'espèce se reproduit et se développe mieux avec une diète d'aleurodes (oeufs, stade I) ou d'acariens (six-spotted mite) mais préfère les aleurodes. Les larves de Neuroptères photographiées ci-dessous n'ont pas été identifiées à l'espèce mais sont semblables à celles de S. vicina. Dans son catalogue, Penny et al. (1997) mentionne la présence de Semidalis vicina au Québec.
La larve de Neuroptère (à gauche) reste immobile auprès de la pupe de l'Aleurode de Forbes. Pupe de l'Aleurode de Forbes, acarien (→) et larve de Neuroptère (Coniopteryginae). Pupe de l'Aleurode de Forbes et acarien (orange) à ses côtés.
Champignons
Une pupe d'Aleurode de Forbes (Aleurochiton forbesii) est envahie par un champignon. La première observation a lieu le 7 septembre (deux photos à droite). Une goutte de liquide de nature indéterminée couvre la pupe. Le 10 septembre, le dessus de la pupe est légèrement humide, sans plus. Le 15 septembre, des champignons commencent à se développer sur la pupe pour la couvrir complètement le 4 octobre. Le champignon semble cibler la pupe en particulier car il s'est établi à ce seul endroit sur la feuille. Sur un arbre voisin, une pupe a subi le même sort.
10 septembre 15 septembre 4 octobre
Les punaises, notamment celles du genre Macrolophus (Miridae: Bryocorinae) sont utilisées en lutte biologique dans les serres en Europe. Voir ici.
Une larve non identifiée de coléoptère, qui pourrait être un Scymninae, dévore un aleurode adulte capturé dans une vaste colonie établie sur l'Égopode podagraire (Aegopodium podagraria).Diptère prédateur (Condylostylus sp. à confirmer) avec un aleurode.
Haut de page | Introduction | Prédateurs | Liste des espèces | Références | Site Entomofaune