Punaises - Scutelleridae

Description  Robustes punaises densément ponctuées, à motifs variables et irréguliers dans divers tons de bruns. Le scutellum qui se prolonge jusqu'à l'extrémité de l'abdomen est une caractéristique remarquable, sans être exclusive à cette famille.

Un mécanisme de stridulation est présent sur les sternites quatre et cinq des membres de la sous-famille des Pachycorinae et absent chez les Eurygastrinae.

Les oeufs des Scutelleridae sont subsphériques et translucides; ils diffèrent de ceux des Pentatomidae, qui sont plutôt cylindriques (Southwood ,1956). De plus, l'ovirupteur est en forme de triangle compact plutôt qu'en forme de T à branches écartées.
Eurygaster sp.
Eurygaster sp.
Nombres  Trois genres et quatre espèces représentent cette famille au Québec. Henry (2009) compte 81 genres et 450 espèces mondialement.
Alimentation  Phytophages. Le genre Tetyra s'alimente sur le pin (Pinus sp.). Le genre Eurygaster se nourrit de diverses graminées. Certaines espèces causent des dommages aux grandes cultures de céréales.
Taille  Entre 7 et 17 mm.
Taxinomie  A jadis été considérée comme une sous-famille des Pentatomidae.
Différencier Homaemus, Eurygaster et Amaurochrous
Ces trois genres de punaises appartiennent à deux familles différentes mais sont superficiellement semblables. Ils se distinguent assez facilement à partir d'éléments qui s'observent sur une photo. Ils ont en commun un grand scutellum qui se prolonge jusqu'à l'extrémité de l'abdomen. Chez la majorité des punaises, le scutellum prend la forme d'un triangle qui ne couvre pas entièrement la partie membraneuse des ailes.
Homaemus aeneifrons, Scutelleridae. Eurygaster sp., Scutelleridae. Amaurochrous cinctipes, Pentatomidae.
Homaemus aeneifrons Eurygaster Amaurochrous cinctipes
Le scutellum d'Homaemus aeneifrons est large et cache toute la corie, sauf une petite zone près du pronotum. La tête est noirâtre avec des reflets iridescents et une pilosité aplatie qui masque la fine ponctuation. L'avant de la tête est en pointe arrondie. Le scutellum d'Eurygaster est plus étroit et révèle la corie et le connexivum. La tête est glabre et densément ponctuée. Une double ligne plus foncée traverse parfois la tête longitudinalement. L'avant de la tête est en pointe arrondie. Le scutellum d'Amaurochrous est étroit et révèle amplement la corie. La présence d'une dent sur la marge antérolatérale du pronotum est distinctive et absente chez les Scutelleridae. Les yeux sont plus distinctement pédonculés. L'avant de la tête est rectangulaire.
Homaemus aeneifrons Eurygaster Amaurochrous cinctipes
Homaemus aeneifrons
La couleur et les motifs du dos ne sont pas des critères distinctifs d'identification car ils varient amplement d'un individu à l'autre. Par exemple, la zone plus pâle à l'extrémité du scutellum est souvent présente mais pas toujours et on l'observe à l'occasion chez les Eurygaster.

Parshley (1923) a observé un grand nombre de ces punaises sur de la verge d'or à l'automne.
Homaemus aeneifrons Homaemus aeneifrons
Homaemus aeneifrons adulte sur une marguerite. Homaemus aeneifrons nymphe.
Eurygaster amerinda et E. alternata
Les deux espèces appartenant au genre Eurygaster sont difficiles à identifier. La littérature consultée répète inlassablement des critères qui ne sont pas fiables, à savoir la courbe plus ou moins prononcée de la marge antérolatérale du pronotum et celle de l'avant de la tête. La présence de deux callosités sans ponctuation à la base du scutellum est un autre critère qui semble variable. En effet, sur BugGuide des photos identifiées par des experts ne tiennent pas compte de cette caractéristique.

Les spécimens présentés ici vivaient dans des milieux secs et sablonneux.
Eurygaster Eurygaster sp. nymphe
Eurygaster sp. adulte. Eurygaster sp. nymphe sur une graminée, son hôte.
Tetyra bipunctata
Seule espèce du genre au Québec, cette punaise se distingue des autres Scutelleridae par son hôte préféré, le pin. En 1979, Larochelle est le premier à constater sa présence au Québec, en banlieue de Montréal (Larivière & Larochelle 1988). Entre 1980 et 1985, les auteurs ont observé près d'une centaine d'individus à divers stades sur le Pin gris (Pinus banksiana) et le Pin sylvestre (P. sylvestris). La présence de deux points circulaires foncés, à la base du scutellum, caractérise cette punaise brune aux motifs variables. Voir sur BugGuide.
Nymphes Pentatomidae ou Scutelleridae?

Les nymphes Scutelleridae ressemblent superficiellement à certaines Pentatomidae mais peuvent être différenciées en observant la position des ostioles sur la partie dorsale de l'abdomen (photos à droite).

La position de la paire antérieure d'ostioles (→) diffère d'une famille à l'autre. Chez les Pentatomidae, les ostioles sont rapprochés et dans la même ligne longitudinale que ceux des paires postérieures. Chez les Scutelleridae, les ostioles de la paire antérieure (→) sont écartés du centre (Herring & Ashlock, 1971).


Thyanta sp.
Pentatomidae (Thyanta sp.)
Homaemus nymphe
Scutelleridae (Homaemus sp.)

Liste des espèces de Scutelleridae du Québec
La liste des espèces a été tirée de Maw et al. (2000). Pour connaître les espèces présentes dans les régions adjacentes au Québec, consultez la liste de Roch (2014). La longueur des punaises provient de McPherson (1982).
Nom Sous-famille
Longueur
(mm)
Habitat
Eurygaster alternata (Say) Eurygastrinae 7,5 - 9,5 
Champs; présence de carex.
Eurygaster amerinda Bliven Eurygastrinae 8,5 - 10,5
Homaemus aeneifrons (Say) Pachycorinae 7,0 - 9,0
Tetyra bipunctata (Herrich-Schaeffer) Pachycorinae 12,0 - 17,0 Sur diverses essences de pin

Haut de page | Introduction | Photos A à L | Photos M à Z | Familles | Morphologie | Prédation | Références | Site Entomofaune |