Aleurode des serres - Trialeurodes vaporariorum


Description:
L'adulte mesure environ 1 mm, a les ailes entièrement blanches et le corps jaune pâle couvert de cire floconneuse. Les ailes, parfois tenues à plat, sont jointes sur le dos et cachent l'abdomen en vue du dessus. Le bout du rostre est foncé. Les yeux sont marron et divisés.

Fraîchement déposés, les oeufs sont jaunâtres et deviennent noirâtres ou brunâtres. La femelle les dépose généralement pour que l'ensemble forme un cercle plus ou moins complet, au revers de la feuille. Les oeufs pendent à la verticale, au bout d'un pédicule qui les rattache à la feuille.

Après l'éclosion, le premier stade est blanc, marqué de petites zones jaunes et possède des pattes et des antennes. Deux points rouges, les yeux, sont visibles. Les stades suivants sont immobiles, translucides et ovales. La pupe possède parfois de très longs filaments de cire. Elle est bordée d'une frange de multiples filaments de longueur plus ou moins égale. La surface supérieure de la pupe est surélevée par rapport à la feuille.

Adulte.


De gauche à droite: pupe vide avec de longues projections de cire, bulle de miellat et pupe en développement.
Distribution: Mondiale. Ne survit pas à l'hiver québécois mais maintient sa population dans les serres ou les habitations.
On pense que son origine est le Brésil (Quaintance & Baker, 1915).
Hôtes: Polyphage. Evans (2007) écrit qu'il ne serait pas étonnant de trouver T. vaporariorum sur presque toutes les plantes connues.
Prédateurs:
Nombreux, ils sont des parasitoïdes (Hyménoptères) ou des prédateurs (acariens, Coléoptères, Hémiptères, Neuroptères). Certains champignons se développent à leurs dépens.
Noms:
Asterochiton vaporariorum dans Quaintance & Baker (1915).
Adulte et deux oeufs noirâtres en fin de développement. Fraîchement pondus, les oeufs sont jaune clair. Un exemple de la tenue à plat des ailes. Les marges internes rapprochées cachent l'abdomen.
Quelques aleurodes et une quarantaine d'oeufs. La pilosité de certains végétaux met en danger les adultes comme celui à droite, en bien fâcheuse posture. La membrane blanche qui traverse l'oeil n'est pas toujours très apparente. Ci-dessus, elle est bien visible.


L'aleurode sort de son oeuf. D'après Fraval (2009), l'aleurode mesure 0,3 mm à sa naissance. À droite, on devine les deux yeux rouges. En temps réel, cette séquence a duré cinq minutes. Ci-dessus, un stade qui est immobile.

À droite, une pupe avec sa couronne de projections cireuses.

Haut de page | Introduction | Prédateurs | Liste des espèces | Références | Site Entomofaune