Aleurode de Forbes - Aleurochiton forbesii


Description:
La femelle mesure environ 1,5 mm. Les ailes antérieures sont blanches, sans taches. Le thorax et la tête sont blanc ivoire. La cire qui couvre l'aleurode est fine et moins floconneuse que celle de certains Aleyrodes. On n'observe pas de dépôts de cire sur la feuille, où l'aleurode s'est posé. Les yeux sont marron.

La pupe est remarquable. Sa couleur est claire et translucide à la première génération, au milieu de l'été, mais foncée et opaque à la seconde génération qui hibernera. Aplatie au début de son développement, elle se surélève progressivement, légèrement moins du côté de la tête. Le dessus est granuleux. La paroi de cire blanche qui la couronne est finement lignée verticalement. La pupe mesure 1,45 mm de long par 1 mm de large. Le motif caractéristique de l'espèce s'observe sur les pupes hibernantes.

Adulte à la mi-juillet.


Pupe foncée et opaque, observée un 23 septembre. Elle passera l'hiver dans la litière forestière, sous la neige.
Distribution: L'espèce est nord-américaine. Evans (2008) mentionne le Canada et quelques régions de l'est et du centre des États-Unis.
Survit à l'hiver québécois.
Hôtes: A. forbesii s'alimente sur quelques espèces d'érables, notamment l'Érable argenté (Acer saccharinum), l'Érable de Norvège (A. platanoides) et l'Érable rouge (A. rubrum). Evans (2008) mentionne aussi des espèces de houx (Ilex) qui sont toutefois absentes du Québec.
Prédateurs:
Evans (2008) mentionne un Hyménoptère parasite de la famille des Platygastridae, Amitus aleurodinis qui ne serait pas présent au Québec, d'après Krombein et al. (1979). Des larves de Neuroptères ont été fréquemment observées auprès des pupes (voir prédateurs). Toutefois, les larves étaient peut-être prédatrices d'acariens souvent postés autour des pupes.
Pupes de la première génération
Aleurochiton forbesii produit deux générations par année. Les pupes estivales de la première génération sont presque complètement blanches et translucides. On les observe en juillet, occupées ou abandonnées par l'adulte qui en a émergé.
Les trois photos ci-dessus représentent le même spécimen. À gauche le 23 juillet, la pupe blanche et translucide est typique de la première génération. Les deux taches sombres au bas et à l'avant (à droite) de la pupe sont les yeux de l'aleurode dont le développement s'achève. Le 27 juillet, l'adulte a émergé de la pupe et deux oeufs ont été déposés à proximité de la pupe vide. Proviennent-ils de l'adulte issu de la pupe? Ont-ils été fécondés?
L'adulte émerge en brisant le dessus avant de la pupe. La ligne de rupture est sinueuse au centre. Les pupes de la première génération observées à l'été 2015 étaient blanches, luisantes et translucides. Elles avaient une ou deux taches brunes, de dimension variable sur la surface supérieure.
Pupes de la deuxième génération
Les adultes nés au milieu de l'été produisent une seconde génération destinée à hiberner sous forme de pupes qui sont très différentes de celles observées en juillet. Elles sont opaques, fortement pigmentées et souvent couvertes d'un fin nuage de cire blanche. Elles peuvent être pâles ou foncées. Elles sont ovales et très légèrement rétrécies au tiers antérieur, vues du dessus. La photo à droite présente le modèle de pigmentation typique de la pupe hibernante de A. forbesii: dessus foncé avec trois larges zones claires sur sa bordure, de chaque côté.
La séquence de six photos ci-dessous présente la croissance d'un même spécimen observé régulièrement du 25 août au 11 octobre 2015. Fin août, la pupe est complètement aplatie et commence sa croissance progressive. Elle atteint son apogée à la toute fin de septembre. Contrairement aux pupes de la première génération, observées en juillet, celles de l'automne sont opaques. À la dernière observation le 11 octobre, la pupe était toujours en place sur la feuille d'érable qui tombera au sol quelques jours plus tard et sera emportée par le vent dans l'épais couvert de feuilles de la forêt. L'adulte émergera au printemps, si l'immature survit à l'hiver.
25 août 25 août 3 septembre
7 septembre 15 septembre 4 octobre
Les pupes sont moins élevées du côté de la tête.
Les trois photos suivantes illustrent le développement d'une paire d'immatures. Les nymphes de la photo à gauche sont bordées d'une frange de cire visible en cliquant sur la photo.
25 août
Un acarien ( → ) est posté près de l'aleurode du haut. Souvent présents autour des pupes, ils ne semblent pas influencer leur développement.
28 août
L'aleurode du bas s'est déplacé légèrement vers la nervure de la feuille et a mué. L'exuvie ( → ) est restée sur son dos. Les pupes sont translucides.
4 octobre
Le diamètre des pupes a légèrement augmenté depuis le 28 août.
Adultes
Les ailes sont complètement blanches et couvertes d'une très fine couche de cire qui ne se dépose pas sur la feuille où l'insecte se pose. Forbes a décrit l'aleurode nord-américain en 1885 sous le nom de Aleurodes aceris, renommé plus tard Aleurochiton forbesii. En effet, A. aceris était une espèce européenne existante et différente de celle découverte par Forbes. Il présente l'illustration de l'adulte (à droite). D'après Quaintance & Baker (1915), les nervures sont typiques du genre Aleurochiton.

Quaintance & Baker (1915) ont observé des femelles à l'abdomen distendu par les oeufs qui étaient tous au même stade de développement. Ils en ont compté 50 dans un même spécimen.

Ci-dessous, au centre, une femelle auprès de son oeuf blanc, fusiforme et rattaché à la feuille par un pédicule. L'oeuf mesure 0,24 mm (Quaintance & Baker, 1915).
Haut de page | Introduction | Prédateurs | Liste des espèces | Références | Site Entomofaune